Une chasse aux sorcières ?


Posté par Thomas DEBESSE le 21/01/2014 à 23:20. cc Licence CC by (copiez-moi !)

Non-non, je ne vais pas aborder le sujet du dernier Vanity Fair « Papy n’a pas fait de résistance, l’héritage maudit du clan Renault ». Pourtant, en cette époque où toute la classe politique et médiatique s’agite autour d’un DTC en forme de spécialité culinaire lyonnaise pour célébrer une longue liturgie des « heures les plus sombres de notre histoire », l’expression « chasse aux sorcières » qualifierai bien ce sujet pour ceux qui n’ont pas quitté les années 40 (selon ce journaliste de Vice, il parait que certains vivent même dans les années 30, alors pourquoi pas ?).

Aujourd’hui on va faire un détour dans les bas-fond du cyberespace. Pendant que les médias officiels distillent une information lissée et entendue, le peuple s’informe de tout et surtout de rien, échappant à tout contrôle. On l’a vu avec Dieudonné qui voit ses vidéos visionnées plusieurs millions de fois alors qu’il est depuis de nombreuses années personna non grata des médias autorisés et exclu des plateaux télés. Sur le web on trouve de tout, des chats, des perles, de ce qui échappe à la raison, et de ce qui échappe à la folie. On y trouve la sourcite aigüe d’un Wikipédia et l’invérifiable du premier site complotiste venu.

Aujourd’hui on va parler sorcellerie telle qu’elle est vue sur la toile mouvante en ce moment. Réseaux sociaux, sites officiels, revues, sources invérifiables, agit-prop, rappeurs, caricaturistes, milliardaires, cathos, tous dans la marmite de la sorcière et à gros bouillon ! Attention, c’est trash. Vraiment

NB : Alors que je rédigeais cet article, une personne est arrivée sur mon site en faisant cette recherche : « son pere et son fils tout nu ». C'était peut-être la vilaine lulu qui surfait sur le web ?

Qui brûlera des sorcières ?

Dimanche et hier a tourné sur les réseaux sociaux une caricature de Nawak que l’on peut décrire ainsi : à droite une femme court et s’enfuie, apeurée. À gauche une foule grimaçante court après elle, et sous le titre « Contre les homos en 2013, contre l’IVG en 2014 » on peut lire un cri qui surgit de la foule « L’année prochaine on brûlera les sorcières ». On y lit aussi « protégeons nos enfants ». On retiendra donc que Nawak s’inquiète d’une prochaine chasse aux sorcières au nom d’une défense de l’enfance.

Chasse aux sorcières
Copie d’écran du tweet de Nawak

Pendant ce temps, Pierre Bergé retweetais un de ses abonnés à la suite de La Manifestation Pour la Vie de dimanche. Le message est clair : « Cet après-midi un cortège de vieux cons, de mères pondeuses et de puceaux fachos va défiler pour se mêler de nos vies ».

Cortège de vieux cons
Copie d’écran du message retweeté par Pierre Bergé

De même, on avait encore entendu dans certains médias le qualificatif d’ultracatholiques à propos des manifestants de dimanche.

Pourtant le tryptique Sorcellerie - Enfance - Mort m’a fait penser à toute autre chose que l’ultracatholicisme, si ce mot désignait une réalité tangible…

Il y a quelques jours un collectif de rappeurs du Val d’Oise, SKS Crew (pour Syndi-kal Syndrome Crew) a publié le clip d’un de leur dernier titre : La loi du silence. SKS se définit comme un « groupe de rap engagé et indépendant » et signe là une œuvre difficile sur le sujet de la pédophilie. Le groupe SKS s’engage publiquement pour la réouverture du dossier Zaandwort.

La loi du silence

8 minutes d'horreur
Copie d'écran de l'annonce du clip sur Tweeter

Le clip est déjà retiré des plateformes Youtube et Dailymotion mais est encore disponible sur la plateforme Rutube. Attention, je met en garde, ce clip est vraiment très violent¹. Le collectif déconseille le visionnage du clip à toute personne mineure de 18 ans. Si vous ne vous jugez pas capable de le supporter ou ne souhaitez pas le voir, je le décris.

Tout de suite après la mise en garde la vidéo commence par un prologue. Ce sont les images d’une émission de télévision des années soixante-dix où Daniel Cohn Bendit, actuellement député européen, raconte le « jeu érotico-maniaque » d’une « fille de cinq ans » qui le « déshabille ». S’ensuit alors un rappel de l’article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen².

Commence alors le morceau proprement dit, un long morceau (8 minutes) d’une grande violence et aux images insoutenables. Voici les premières paroles : « Ils sont partout autour de nous y a de quoi en perdre la raison / protégés par la justice, on parle de réseaux franc-maçons / criminels et pédos, on sait ce que le pouvoir fait des ssego ».

Plus loin les paroles reprennent « La sorcellerie, tu n’y crois pas ? Saches que eux y croient / L’impunité dont jouissent tout les membres de ce réseau / est totale, trafic d’enfants, assassinats ».

La loi du silence
L’univers visuel du clip « La loi du silence », hors photos de victimes

Le clip, dans sa bande vidéo, est l’archétype du clip populaire à l’heure du web : une suite d’images et d’illustrations chocs glanées à droite et à gauche (notamment les caricatures de sorcelleries). On y trouve une grande quantité de photographies d’archive de nombreuses affaires de pédophilie et de torture d’enfant (très douloureuses à voir), ainsi que des images dont on a parfois du mal à saisir l’origine : reconstitution ? archive ? illustration ? Le clip revient plusieurs fois sur le thème du satanisme et de la franc-maçonnerie.

Pour les images de pédophilie et de torture, elles sont toutes floutées mais cela n’enlève rien à l’horreur, bien au contraire. Les maîtres de l’horreur savent que le bruit d’une patte griffue derrière une porte peut être bien plus effrayantes qu’un flot d’hémoglobine. L’imaginaire complète le peu qui est vu. Floutées, ces images restent insoutenables.

Personnellement, quand on me parle de sorcellerie et de chasse au sorcière au nom de la protection des enfants, je ne pense pas d’abord à La Manif Pour la Vie, mais d’abord à ce clip. N’en déplaise à Nawak.

S’il y a des pédophiles et assassins pour craindre une chasse aux sorcières, ils se fourvoient complètement s’ils caricaturent leurs adversaires en ultracatholiques. Le SKS Crew ne constitue pas vraiment la figure du petit bourgeois blanc ultracatholique des clichés, et le genre musical de SKS est très éloigné du grégorien de Solesmes.

La vilaine lulu

Surtout, le visionnage de ce clip difficile interpellera toute personne qui connaît un tant soi-peu la « Vilaine lulu ». La vilaine lulu est le personnage éponyme de la bande dessinée réalise par Yves Saint Laurent, le compagnon de Pierre Bergé.

C’est d’ailleurs étonnant que le clip « La loi du silence » n’y fasse référence ni dans les paroles ni dans les images, car ce qui est décrit dans ce clip est également décrit dans « La vilaine lulu ».

De nombreuses photos ainsi que nombreux dessins de victimes reproduisent traits pour traits les planches de la vilaine lulu. Les mêmes scènes sont décrites à la fois dans le clip et dans le livre d’Yves Saint Laurent : pédophilie, torture…

Il est difficile de trouver sur internet des sources officielles montrant les pages de La vilaine lulu. Il faut pour cela fouiller la sphère complotiste ou la sphère dite réinformationelle. Comme chantait un journaliste : « On met tant de choses dans les poubelles / qu’il faut bien aller les fouiller ». Peu importe ceux qui hébergent les scans ou la confiance que vous leur accorderez, ce qui importe, ce sont les scans.

La vilaine lulu
L’univers de « La vilaine lulu »

Si vous n’avez pas vu la vidéo mais que vous avez vu les scènes de pédophilie et de torture décrite dans La vilaine lulu, vous savez ce que décrit le clip de SKS. Ce qu’Yves Saint Laurent dessinait, SKS le montre en photographie.

La vilaine lulu a été plusieurs fois éditée et rééditée, en rayon jeunesse. Si le clip d’SKS est insoutenable, la vilaine lulu est décrite comme « espiègle », et la bande dessinée comme « drôle » par son éditeur actuel.

Dans son livre, Yves Saint Laurent commence par avertir qu’il décrit des faits réels et que la ressemblance avec des personnages existants ou ayant existéq est voulue. En effet, SKS Crew nous montre les images.

La vilaine lulu est toujours assumée par la fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent. Ainsi, en août dernier, la fondation publiait ce mot sur les réseaux sociaux : « La Vilaine Lulu et toute l’équipe de la Fondation vous souhaitent un bel été ». Les initiés répondaient « smurk ».

La vilaine lulu va plus loin que la pédophilie ou la torture d’enfant, elle dégoûte une mère de son enfant pour qu’elle l’abandonne, elle achève les malades, empoisonne des enfants…

Étonnamment, Pierre Bergé a une dent contre les catholiques (« cet humus antisémite, antigay » sic), mais ne semble pas vraiment se soucier de SKS Crew. S’il y avait une chasse aux sorcières, M. Pierre Bergé devrait se méfier. La vilaine lulu ne plaît pas à tout le monde, et plutôt que de se méfier de ses caricatures de catholiques trop bien élevés, il devrait plutôt se méfier de la violence de SKS.

Quand la pédophilie était tendance

Pour ceux qui ont la mémoire courte et ne se souviennent pas du temps où la pédophilie était tendance et portée par des partis politiques, je vous conseille de lire l’article « Un siècle de pédophilie dans la presse (1880-2000) : accusation, plaidoirie, condamnation » de la revue Le Temps des médias, notamment le chapitre « La Révolution sexuelle des seventies : le temps de la plaidoirie » (ça rappellera aussi à certain qu’il n’y a pas de sens de l’histoire et qu’ils peuvent s’attendre à des revirements après une libération sexuelle).

Le secret brisé de la Grande Loge

Les franc-maçons sont très secrets (pléonasme), pourtant, récemment, une vidéo a été publiée. Ce ne sont pas les quatre ou cinq manifestations de plusieurs centaines de milliers de manifestants de La Manif Pour Tous qui ont provoqué cette réaction.

Pourquoi briser le secret alors ? Qu’est ce qui leur fait si peur, cette fois-ci ? Une probable coagulation ? Le fait que leurs schémas ne s'appliquent plus au monde en devenir ? Seraient-ils déjà has been ? L’anticléricalisme ne fonctionne plus vraiment ? Les catholiques repentants ne sont plus ceux qu’ils voulaient craindre ?

La politique du non-dit

Pendant ce temps, ce lundi, Najat Vallaud Belkacem prononce à l’Assemblée Nationale ces mots :

Restez dans le consensus républicain qui existe depuis 1975 sur ce droit essentiel. Le droit à l’IVG, nous l’avons construit ensemble ; il fait partie de notre patrimoine commun.

C'est une manie, nos politiques invoquent souvent les non-dits républicains pour justifier leurs agissements. Ici on invoque le « consensus républicain », en oubliant de le décrire. Récemment encore, on invoquait le « pacte républicain ».

Le « pacte républicain » fait partie de ces choses qui sont sensés réunir la classe politique quand on l’invoque. Problème, ce pacte républicain est un non-dit.

Quand il s’agit de traiter de l’enfance, la politique française est une politique du non-dit.

Hommen protect kids

En marge de La manif Pour La Vie de dimanche, les hommen ont fait un sketch. Une mère protégeait son enfant de l’avidité de franc-maçons qui voulaient le lui arracher. Vous pouvez voir la vidéo d’Actu Clip « Hommen contre l’avortement » (à partir de 1 minute et 14 secondes) :

Hommen protect kids
Image Actu Clip.

Dans le contexte de La Marche Pour La Vie qui faisait écho à l’actualité espagnole concernant la législation sur l’avortement, on pourrait croire que ce qui différencie les Hommen de SKS, c’est que SKS se soucie de l’enfant déjà né, et que les Hommen se soucient de l’enfant à naître. Et pourtant…

Et pourtant, si le sketch a lieu ici dans une manifestation qui a pour objet l’avortement, les hommen sont apparus dans un autre contexte, celui de la grossesse pour autrui, lorsque l’enfant devient l’objet d’un commerce et donc un bien de consommation.

Il est intéressant de noter que, par exemple, le quotidien Les Échos classe ses dépêches au sujet de l’ivg dans la rubrique « industrie-services » à l’adresse « grande-consommation » :
http://lesechos.fr/entreprises-secteurs/grande-consommation/(…)ivg-les-deputes(…)

Dies iræ

Vous vous rappelez de cette photo qui avait tourné dans de nombreux médias, en marge d’une manifestation en Bretagne, où l’on voyait sur la même photos trois personnes, bonnets rouges, quenelles, et sweat manif pour tous ? Les médias complètement largués ne savaient plus où donner de la tête…

On pourra s'attendre à ce que l'on trouve au « Jour de colère » du 26 janvier à Paris

Mais surtout, puisque c'est le sujet, une brève recherche montre que l'on y trouvera à la fois

Ces personnes ne se connaissent peut-être pas. Pas encore.

Pierre Bergé, est-ce qu’en janvier 2013, lorsque tu dénonçais un soi-disant « humus antisémite et antigay », imaginais-tu qu’il prendrait cette forme aujourd’hui ? M’est avis que le public de SKS ne porte pas de ballerines. Il t’était si facile de ranger les gens dans une case… tu es peut-être allé trop vite. Le cyberespace n’est pas policé ni bien pensant, et quand il déborde IRL, ça devient ingérable.

Œillères

Certains comme Pierre Bergé ou Nawak font une fixette sur La Manif Pour Tous et les catholiques… mais ils s’empêchent par là-même de voir la réalité complexe du monde en colère. Ils oublient qu’on n'a pas vu La Manif Pour Tous manier le gourdin, ni la corde à lyncher, ni le bûcher. Cette erreur de discernement pourrait coûter cher à ceux qui craignent pour leurs fesses. Les coups ne viennent peut-être pas de ceux qu'on veut accuser.


Addendum par Thomas DEBESSE le 21/01/2014 à 23:21.

En réponse à la caricature de Nawak, un parent d'enfant trisomique lui a demandé si l'avortement de 96% des trisomiques constituait une chasse aux sorcières, ce à quoi il a répondu « Défendre la vie, c'est aussi l'accepter au bon moment ». Il semble donc que pour lui, les personnes handicapées soient un détail de l'histoire.


¹ Si vous vous savez capable de procéder à un avortement, vous êtes capable de regarder le clip.

² Article 35 : Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. -- Constitution du 24 juin 1793, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.


Partager sur Facebook, twitter cette page, ou partager sur Google+.
Pour partager cette page vous pouvez aussi copier/coller cette adresse :
http://illwieckz.net/journal/Une_chasse_aux_sorcières


Étiquettes : Infanticide, Pédophilie, Sorcellerie.

Pas de rétroliens.