La préfecture de police n’a pas bonne image


Posté par Thomas DEBESSE le 23/04/2013 à 08:06. cc Licence CC by (copiez-moi !)

Peu après la manifestation du 24 mars 2013 à Paris, la préfecture de Police de Paris a publié 28 images extraites de la vidéo capturée par l'hélicoptère qui a survolé plusieurs fois la manifestation.

Dans le communiqué de presse du 27 mars 2013 (pdf), la préfecture de police précise que, je cite, « elle tient l’intégralité de ces enregistrements à disposition des journalistes intéressés ».

Très vite, plusieurs blogs se sont étonnés de l'infâme qualité des clichés, certains ont mis en doute l'intégrité de ces documents et montré comment les documents originaux étaient, de fait, inaccessibles aux journalistes.

Bouillie
Source : Préfecture de police de Paris

Pendant la manifestation du 21 mars 2013 à Paris, plusieurs articles ont surgis annonçant un démenti. Cependant, le démenti n'est pour le moment qu'un communiqué de presse et la parole de l'AFP…

Juste après, Le Figaro.fr reprend le sujet, s'appuyant entre autre sur la vidéo TProd.

La situation actuelle, c'est doute contre parole… du blabla, en somme…

Et si moi aussi je m'approchais de ces étranges photos pour les étudier ?

Format binaire

L'image est en PNG, c'est un format de compression sans pertes. L'utilisation de ce format ne révèle rien de l'intégrité des images. Le choix de ce format s'explique facilement par la présence d'une légende « Préfecture de police » sur chaque photo. Une fois cette légende ajoutée, les images ont été exportées sans perte en PNG pour conserver la qualité de la légende.

En quête d'artefacts

Les images sont très dégradées, ayant subie une compression avec perte très agressive.

Il suffit de zoomer quelque peu pour voir de grands carrés et de grandes tâches de couleur, artefacts symptomatiques d'une compression destructrice :

couleurs louches
Source : Préfecture de police de Paris

carrés

Nous constatons que c'est l'image finale qui contient les artefacts, et que les entrelacements que nous étudierons plus tard semblent dégradés. Cette altération a été faite après entrelacement, malgré que les fichiers fournis l'aient été dans un format sans perte au final.

Malgré la compression nous reconnaissons toujours l'entrelacement mais pas partout, ce qui peut traduire la présence de parties non entrelacées dans l'image entrelacée, avant compression.

Entrelacements

Observez cette image :

stries
Source : Préfecture de police de Paris

L'image semble complètement striée horizontalement. Elle l'est en effet, on appelle cela un entrelacement.

Qu'est ce que l'entrelacement ? Les caméras capturent en général plus d'images qu'elles n'en enregistre. Par exemple certaines capturent 50 images par secondes mais n'écrivent que 25 images par secondes… Cette image enregistrée une fois sur deux est appelée frame et contient en fait les deux images.

Observons cette frame tirée de la vidéo qui a servi à l'Avis de recherche :

policiers en civil
Source : un anonyme

Cette image est floue, et si nous regardons une partie à l'échelle 1:1, nous apercevons le même effet de stries horizontales :

entrelacement

Si nous lissons la frame en une seule image, nous n'obtenons qu'une image floue :

floue

Si nous désentrelaçons, nous obtenons deux images, beaucoup plus nettes : nous pouvons reconnaître les visages de Marie et Cyprien, nous pouvons même distinguer les deux lettres « Po » du mot « Police » sur le brassard.

image paire image impaire

Il parait évident que les images ont été réduites (cela sera même vérifié ensuite), puisqu'il serait étonnant que la police ne possède pas un matériel capable de capturer des images avec une définition supérieure à 750 par 502 pixels !

Ce qui est étonnant, c'est que si les images sont entrelacées. elles le soient dans cette définition réduite. Normalement ce sont les images en sortie de caméras qui sont sensées être entrelacées, pas leur réductions…

Cet entrelacement là n'est pas normal, ce n'est certainement pas l'entrelacement de la caméra originale…

Combien d'images

En fait, la préfecture de police de Paris ne fournit donc pas 28 images de 750 par 502 pixels, mais 28 frames, soit 56 images de moitié moins de pixels de hauteur.

Parce que chacune de ces images est un quasi doublon de l'autre (la différence n'a pas d'intérêt pour nous), il apparaît donc que la préfecture de police de Paris ne fournit que 28 images « utiles » de seulement 750 par 251 pixels ! Ces images ont une définition utile inférieure à 0.2 Mégapixels !

Mais revenons à nos photos fourni par la préfecture de police de Paris, nous allons les désentrelacer !

Le doute de la croix

Observez la croix centrale en surimpression, avec le carré autour. On voit nettement que les traits blancs sont entrelacées ils sont doublés :

croix entrelacées
Source : Préfecture de police de Paris

Voici les deux images extraites de cette frame :

image croix paire image croix impaire

Cet entrelacement là n'est pas normal, ce n'est certainement pas l'entrelacement de la caméra originale, encore une fois…

Ces informations en surimpression ne devraient pas être entrelacées si la surimpression est faite en sortie de caméra, et quand bien même la caméra surimprimerait entre le capteur et l'enregistrement, l'entrelacement devrait être peu visible étant donné que ces motifs ne bougent pas en même temps que l'objet filmé, ces motifs sont toujours fixes par rapport à l'objectif de la caméra !

Quand l'Arc de Triomphe vacille

Nous allons étudier la frame qui nous montre la place de l'Étoile avec l'Arc de Triomphe au centre :

Arc de Triomphe
Source : Préfecture de police de Paris

Nous désentrelaçons cette frame pour en extraire deux images :

image Arc de Tromphe paire legende

Attardons-nous sur une des images désentrelacées :

image Arc de Tromphe impaire

Agrandissons un peu :

Agrandissement Arc de Tromphe

Notez l'instabilité qui semble affecter l'Arc de Triomphe ! Il fait des vagues !

Nous retrouvons le même effet sur plusieurs frames, par exemple avenue Foch :

Avenue Foch

Observons de près ces immeubles, sur une des frames désentrelacée :

Immeuble souple

Nous allons comparer avec notre vidéo de nos policiers en civil…

Avec une interpolation cubique, lorsque la définition de la frame est divisée par un multiple paire, nous obtenons une image floue mélangeant les deux images :

Flou
Source : un anonyme

Avec une interpolation cubique, lorsque la définition de la frame est divisée par un multiple impaire (la parité ne peut être garantie en cas de conversion analogique), l'image résultante ressemble à cela :

Vagues

Et oui, c'est à cela que ressemble une frame entrelacée lorsque sa définition est réduite… Nous constatons que lorsque nous désentrelaçons les images de la préfecture de police de Paris, nous obtenons une réduction de frame entrelacée !

Ce qui est étonnant, c'est que chaque frame aie été ré-entrelacée après réduction de la définition. Chaque image a subi deux entrelacements, et la réduction a eu lieu entre ces deux entrelacements.

Mais pourquoi un second entrelacement ? Il ne peut y avoir un second entrelacement que si les images ont fait l'objet d'une seconde capture, la vidéo a été recapturée.

Un format d'image étonnant mais pas si méconnu

Le format est étonnant, 740x502 pixels… Cette définition est inconnue, mais le rapport ne l'est pas ! 740x502 pixels, c'est un rapport de 1.5, soit 3/2.

3/2 c'est le rapport des écrans de télévision.

Non seulement la vidéo a été recapturée, mais avec un format de télévision, probablement en bouclant une sortie TV de carte graphique en entrée de carte d'acquisition TV…

C'est à dire que nous n'avons que des copies réduites et dégradées d'un très mauvais Cam

Une somme de dégradations

Il est très difficile de dissimuler numériquement une retouche photo, le plus simple étant de dégrader l'image afin de ne pas laisser trop d'informations, au cas où quelqu'un voudrait la tordre dans tout les sens.

Voici plusieurs méthodes naïves de dégradations pouvant dissimuler une retouche  :

Il semble que la préfecture de police a employé ces trois méthodes de dégradations.
Voici le probable chemin qu'a parcouru chaque cliché :

S'il y a eu retouche, la retouche a été faite en [1].

Le passage par une recapture analogique est fort probable, le réentrelacement, lui est certain. Ces images sont des arrêts sur image d'une vidéo entrelacée et encodée deux fois, avec redimensionnement entre les codages.

Cela pourrait aussi être un mauvais arrêt sur image d'un très mauvais DVD recodé à partir de la source d'origine avec un redimensionnement et une qualité de codage faisant preuve d'un travail d'une inavouable médiocrité.

La mauvaise qualité de ces images pourraient permettre à la préfecture de soutenir cette autre hypothèse afin de se blanchir d'une accusation de falsification, à condition de se reconnaître inapte à traiter convenablement des images d'intérêt national.

On ne peut peut-être pas prouver que ces photos aie été retouchées, ces images sont probablement trop dégradées pour cela. De même, on ne peut pas non plus compter, ces images sont trop dégradées pour cela…

Pas besoin de théorie du complot, il y a une vérité factuelle : ces images sont impropres à tout comptage.
Si l'on ne peut compter des arbres, peut-on compter des hommes ?

Le nombre donné par la préfecture de Police ne peut être revu ni à la hausse, ni à la baisse. Ce nombre ne peut être contredit, ni confirmé.

Comptez !

Toi aussi #comptecommelapolice :

Compte comme la police
Source : Préfecture de police de Paris

ou pas…


Métadonnées

Ajout le 25/04/2013 à 08:12.

Je ne m'étais intéressé qu'aux 23 images au format PNG, mais il y a aussi 5 images au format JPG qui contiennent plusieurs métadonnées intéressantes, examinons le fichier 28-max.jpg :

Un petit coup de hachoir :

Hachoir

Nous remarquons une partie Exif (courante dans les images JPG) et une partie Adobe (spécifique aux logiciels de cet éditeur) !
Regardons les métadonnées Exif avec exiftool :

illwieckz $ exiftool 28-max.jpg 
ExifTool Version Number         : 8.60
File Name                       : 28-max.jpg
File Size                       : 89 kB
File Type                       : JPEG
MIME Type                       : image/jpeg
Exif Byte Order                 : Little-endian (Intel, II)
Quality                         : 53%
XMP Toolkit                     : Adobe XMP Core 5.3-c011 66.145661, 2012/02/06-14:56:27
Creator Tool                    : Adobe Photoshop CS6 (Windows)
Instance ID                     : xmp.iid:74F973ADA02111E2B4DFC97DF0121B50
Document ID                     : xmp.did:74F973AEA02111E2B4DFC97DF0121B50
Derived From Instance ID        : xmp.iid:74F973ABA02111E2B4DFC97DF0121B50
Derived From Document ID        : xmp.did:74F973ACA02111E2B4DFC97DF0121B50
Profile CMM Type                : Lino
Profile Version                 : 2.1.0
Profile Class                   : Display Device Profile
Color Space Data                : RGB
Profile Connection Space        : XYZ
Profile Date Time               : 1998:02:09 06:49:00
Profile File Signature          : acsp
Primary Platform                : Microsoft Corporation
CMM Flags                       : Not Embedded, Independent
Device Manufacturer             : IEC
Device Model                    : sRGB
Device Attributes               : Reflective, Glossy, Positive, Color
Rendering Intent                : Perceptual
Connection Space Illuminant     : 0.9642 1 0.82491
Profile Creator                 : HP
Profile ID                      : 0
Profile Copyright               : Copyright (c) 1998 Hewlett-Packard Company
Profile Description             : sRGB IEC61966-2.1
Media White Point               : 0.95045 1 1.08905
Media Black Point               : 0 0 0
Red Matrix Column               : 0.43607 0.22249 0.01392
Green Matrix Column             : 0.38515 0.71687 0.09708
Blue Matrix Column              : 0.14307 0.06061 0.7141
Device Mfg Desc                 : IEC http://www.iec.ch
Device Model Desc               : IEC 61966-2.1 Default RGB colour space - sRGB
Viewing Cond Desc               : Reference Viewing Condition in IEC61966-2.1
Viewing Cond Illuminant         : 19.6445 20.3718 16.8089
Viewing Cond Surround           : 3.92889 4.07439 3.36179
Viewing Cond Illuminant Type    : D50
Luminance                       : 76.03647 80 87.12462
Measurement Observer            : CIE 1931
Measurement Backing             : 0 0 0
Measurement Geometry            : Unknown (0)
Measurement Flare               : 0.999%
Measurement Illuminant          : D65
Technology                      : Cathode Ray Tube Display
Red Tone Reproduction Curve     : (Binary data 2060 bytes, use -b option to extract)
Green Tone Reproduction Curve   : (Binary data 2060 bytes, use -b option to extract)
Blue Tone Reproduction Curve    : (Binary data 2060 bytes, use -b option to extract)
DCT Encode Version              : 100
APP14 Flags 0                   : [14], Encoded with Blend=1 downsampling
APP14 Flags 1                   : (none)
Color Transform                 : YCbCr
Image Width                     : 750
Image Height                    : 502
Encoding Process                : Progressive DCT, Huffman coding
Bits Per Sample                 : 8
Color Components                : 3
Y Cb Cr Sub Sampling            : YCbCr4:4:4 (1 1)
Image Size                      : 750x502

Les dates indiquées n'ont pas d'importances, il s'agit des dates de publications des standards utilisés dans le codage de l'image ou des versions de greffons employés pour générer les métadonnées, cela n'a rien à voir avec l'image en elle-même.

Ce qui est intéressant, c'est de savoir que la préfecture de police de Paris utilise Adobe Photoshop 6 sous Windows. ;-)

Autre information intéressante : la préfecture de police de Paris enregistre ses JPG avec seulement 53% de qualité... Une aussi mauvaise qualité révèle soit de l’incompétence, soit un acte de malveillance…


Un lecteur me signale un documentaire vidéo publié en 2010, où l'on voit (à partir de 1h57) un hélicoptère de la gendarmerie et sa caméra boule, ainsi qu'une petite démonstration de ses capacités. Les images de la manifestation du 24 mars sont sensées avoir été prises avec un matériel équivalent :


Partager sur Facebook, twitter cette page, ou partager sur Google+.
Pour partager cette page vous pouvez aussi copier/coller cette adresse :
http://illwieckz.net/journal/La_préfecture_de_police_n_a_pas_bonne_image


Étiquette : Police.

Pas de rétroliens.