Comment j’ai été réduit en esclavage


Posté par Thomas Debesse le 05/02/2021 à 17:12. cc Licence CC by (copiez-moi !)

Comment j’ai été réduit en esclavage
→ regarder sur la chaîne Youtube N’oubliez pas de vivre (Licence CC By‑SA)

Note : cette vidéo est la première partie d’une vidéo plus longue.
La deuxième partie est ici : Le passe vaccinal européen et la déchéance de citoyenneté.

Transcription

Sommaire :

00:00 Introduction
00:56 Nouvelles
01:28 Comment j’ai été réduit en esclavage
07:32 Générique

Introduction

[Citation Marie s’infiltre à Dubaï, EP2]

Reporter : Est-ce qu’on t’a confisqué ton passeport en arrivant ou est-ce que tu peux partir quand tu as envie ?
Travailleur : Nan-nan-nan-nan-nan. Pour nous tous ici, personne n’a son passeport.

⬅️
J’ai gardé le silence jusqu’à maintenant, mais pendant de nombreuses années j’ai été asservi. De ce que j’ai vécu, je me suis dit qu’il était temps d’en partager les leçons.

Dans les pays où l’esclavage se pratique encore, le travailleur immigré se fait confisquer son passeport, ce qui permet de lui retirer les moyens de faire valoir ses droits. On peut le voir dans cet extrait de « Marie s’infiltre à Dubaï ». Cela déséquilibre la relation, rend le travailleur dépendant pour ses besoins primaires, et donne à l’employeur un pouvoir de contrainte démesuré.

Je vais vous raconter comment, en France, j’ai été réduit en esclavage.

[Titre]

Annonces

➡️
D’abord quelques informations pratiques au sujet de la chaîne, cette vidéo est la première partie d’une série donc si vous ne voulez pas manquer le prochain épisode, je vous invite à vous abonner et à mettre la cloche. Le partenariat de nouvel année avec l’entreprise Arbre de Vie est toujours en cours, vous trouverez les informations en description. J’ai aussi ouvert un Tipeee que je vous mets en description. Cette vidéo est assez longue, installez vous confortablement, nous allons traiter de sujets importants.

Comment j’ai été réduit en esclavage

⬅️
Aujourd’hui je travaille à mon compte mais ça n’a pas toujours été le cas. Dans mon cas personnel l’employeur qui a abusé de moi était français, j’étais en France et j’avais des papiers d’identité français. Mes papiers ne m’ont pas été retirés. Ce qui s’est passé pour moi, c’est que mes papiers ont été rendus caduques, inutiles.

Afin de me protéger je reste volontairement discret sur certaines circonstances de ce qui m’est arrivé et je vous invite à ne pas révéler en commentaire plus que ce que par prudence je me limite à révéler.

L’entité qui me faisait travailler m’a proposé un logement et m’a fait croire que c’était un élément de ma rémunération, j’ai cru que ce logement était un logement de fonction en lien avec la nature de mon travail. Le travail qui m’était demandé requéraient une très haute responsabilité, des compétences très élevées, et une très haute disponibilité. En réalité le logement n’était pas déclaré, c’était un moyen pour l’employeur d’économiser sur mon salaire et sur mes cotisations sociales y compris la cotisation à ma retraite. J’étais hébergé par mon employeur dans des bâtiments qui lui appartenaient et je n’avais pas d’adresse postale. Le logement n’avait pas de numéro dans la rue et je n’avais pas de boîte aux lettres. Lorsque j’ai demandé à avoir une boîte aux lettres à mon nom, cela m’a été refusé par l’employeur et je me suis retrouvé contraint à faire livrer mon courrier personnel chez mon employeur.

➡️
Je devais intervenir le jour, la nuit, et le week-end et les vacances, vacances qui étaient en fait du télétravail et dont le paiement était même contesté. Le temps de travail légal n’était pas respecté, mon droit au repos n’était pas respecté. Au plus élevé de ma charge, je m’occupais seul de plusieurs infrastructures nécessaires au travail de 200 personnes sur 5 sites géographiques et j’avais la charge du fonctionnement de 300 machines, seul. Mon employeur me faisait travailler pour d’autres entités sur des lieux non déclarés, et lorsque j’ai eu un accident de travail sur un lieu non-déclaré ça été très compliqué. Mon employeur me faisait également travailler pour des particuliers, avec les mêmes exigences de disponibilité, et je pouvais être sollicité pour des besoins personnels le week-end et pendant mes repos et vacances.

Mon intimité dans ce logement n’a pas été respectée. Mes biens ont été abusés. Et avec ces conditions de vies désastreuses, j’en viens au sujet qui motive ma vidéo aujourd’hui : j’ai perdu ma domiciliation.

La domiciliation est un concept qui est inhérent aux sociétés sédentaires : si vous perdez votre domiciliation vous rencontrez de grandes difficultés dans votre vie. Étant donné la situation dans laquelle j’étais, il m’était impossible de produire un justificatif de domicile. Ça signifie par exemple que je ne pouvais pas immatriculer un véhicule sans passer par mon employeur. Vous voyez comment, sans me retirer mes papiers d’identités, j’ai été réduit à un état inférieur à celui de citoyen. D’une certaine manière j’étais comme un mineur sous tutelle de mon employeur. j’avais un passeport français en France, mais mon employeur s’est positionné comme décideur de tout ce qui requiert un justificatif de domicile. Ayant perdu ma domiciliation, j’ai été radié de certains registres nationaux, ce qui pose problème dans les démarches administratives. C’est ainsi que je suis devenu sans domicile.

Je n’étais pas sans-abris, j’étais sans-domicile.

Ce qui est important dans mon témoignage, c’est ce lien entre domiciliation et citoyenneté. Vous pouvez vérifier vous-même que si vous ne pouvez pas produire un justificatif de domicile, certains actes essentiels comme votre demande de carte grise, l’ouverture d’un compte bancaire, votre inscription sur les listes électorales et donc votre droit de vote dépend de celui qui justifie votre domicile.

Ainsi vous pouvez vérifier vous-même que si vous veniez à perdre votre domiciliation, vous seriez dans l’impossibilité d’exercer certains droits fondamentaux, sans qu’il ne soit nécessaire de vous retirer vos papiers d’identités.

⬅️
Selon le Larousse, « l’esclavage est le fait pour un groupe social d'être soumis à un régime économique et politique qui le prive de toute liberté, le contraint à exercer les fonctions économiques les plus pénibles sans autre contrepartie que le logement et la nourriture ».

Selon Wikipédia, « l'esclavage est un système juridique et social qui applique le droit de propriété aux individus », et « l’esclave se distingue du serf, […] par l'absence d'une personnalité juridique propre ».

Je montrerai dans une prochaine vidéo comment la notion de serf est identique à la notion de citoyen parce qu’elle détermine un homme par son attachement à la terre. Retirer à un travailleur son passeport ou sa domiciliation lui empêche l’expression de sa personnalité juridique propre, et l’homme devient moins qu’un serf et moins qu’un citoyen.

Je sais ce que c’est de subir un harcèlement de longue durée, de me voir dénier mes responsabilités, et de me voir réduit à être moins qu’un citoyen.

Quand je vois le président Emmanuel Macron harceler jusqu’au bout le peuple français, dénier la responsabilité au peuple français et le réduire à moins qu’un citoyen, je sais de quoi il parle.

Dans cette vidéo, je ne vous parlerai pas de vaccin, et je vous demande s’il vous plaît, de ne pas parler de vaccin en commentaire, et de cesser de parler du vaccin dans un débat sur le passe vaccinal. À chaque fois que le sujet du passe vaccinal est traité, nous devons cesser de parler du coronavirus et du vaccin pour pouvoir parler du passe vaccinal seul. Car ce sont des sujets différents, et à chaque fois que le sujet de tel ou tel vaccin, du coronavirus ou de la crise sanitaire actuelle sont invoqués dans un débat sur le passe vaccinal, alors le débat est mort et perdu. Si dans un débat sur le passe vaccinal on atteint le point Covid ou on atteint le point Vaccin, le débat sur le passe est terminé.

Si vous êtes invités à participer à un débat sur le passe et que l’on insiste pour vous faire vous exprimer sur le Covid ou sur un vaccin quelqu’il soit, il faut quitter le débat et partir.

[Générique]


Addendum par Thomas Debesse le 05/02/2021 à 17:15.

La deuxième partie est ici : Le passe vaccinal européen et la déchéance de citoyenneté.


Addendum par Thomas Debesse le 18/01/2021 à 15:05.

Je suis tombé sur une excellente vidéo de Jacob Karhu et que je vous recommande pour approfondir le sujet de l’esclavage en France :

Dans cette autre vidéo d’une autre personne, il ne s’agit pas d’informatique comme moi, mais d’agriculture, comme quoi les mécanismes peuvent se mettre en place dans un contexte très différent. On y retrouve les mêmes mécanismes : abus de la générosité des personnes, abus de leur biens, non respect de leur intimité, travail dissimulé, contrats inexistants ou non respectés, non-reconnaissance du travail fournit, harcèlement pour écarter les victimes usées, et bonne image publique, communication et réputation en en totale contradiction avec la réalité (et pour ma part, ça ne se comptait pas en années… c’était bien plus que ça).

Je cite une phrase :

> Au fond ce lieu ne fonctionne pas, il est compensé par de la maltraitance humaine parce que [le propriétaire] n’arrive pas à déléguer, à partager son projet, et à faire confiance aux personnes.


Partager sur Facebook ou twitter cette page.
Pour partager cette page vous pouvez aussi copier/coller cette adresse :
https://illwieckz.net/journal/Comment_j_ai_été_réduit_en_esclavage


Lecture conseillée : Le passe vaccinal européen et la déchéance de citoyenneté, Macron veut emmerder les français jusqu’au bout,

Étiquettes : Esclavage, N oubliez pas de vivre, Passeport vaccinal.


Sources :

Autres œuvres :


Rétroliens : Le passe vaccinal européen et la déchéance de citoyenneté, Comment j ai été réduit en esclavage et comment ça peut vous arriver.