Se protéger des lacrymos


Posté par Thomas DEBESSE le 15/04/2013 à 23:15. cc Licence CC by (copiez-moi !)

En regardant les vidéos qui circulent sur les manifestations désormais quotidiennes, je m'étonne de voir des journalistes si peu préparés :

Journalistes
Le 24 mars 2013, deux journalistes de TF1 subissent… Source : MrPierrovitch.

Dans les nombreuses vidéos amateur qui fleurissent sur la toile il est trop courant de voir les journalistes reculer au premier jet de gaz… voire même arrêter de filmer et poser leur caméra…

Parfois aussi, ils se réfugient derrière les policiers. Comment peut-on prétendre faire de l'information dans ces conditions ?

Sortez couverts

Se protéger des lacrymos est extrêmement simple. J'ai donné quelques liens instructifs dans mon billet sur la manif du 24 mars, dont l'usage a été commenté dans mon billet sur les événements des Champs-Élysées.

Non, une carte de presse ne protège pas des gaz lacrymogènes.

Mets ta Kaboul !
Un gilet pare-balle et des lunettes anti-éclat ne protègement pas non-plus des gaz lacrymogènes. Le foulard, oui.

Je récapitule les informations de base.

Les yeux

Il faut se protéger les yeux, c'est le plus important. Les lunettes de piscines sont certainement ce qu'il y a de plus efficace. On trouve facilement des lunettes de piscines non assombries, ce qui garantie une vue correcte même la nuit. Il existe des modèles de couleur claires relativements discrètes… Les masques de skis sont moins efficace parce qu'ils ne sont pas étanches, et puis leur forte teinte est gênante en cas de faible luminosité.

Il est très fortement déconseillé de porter des lentilles, car l'agent lacrymogène peut se fixer sous la lentille ce qui augmente dramatiquement l'effet et peut entraîner des complications graves.

En cas d'exposition avec des lentilles, il faut les faire retirer rapidement par quelqu'un dont les mains n'ont pas été contaminées.

La bouche et le nez

Kit média lacrymo
Se couvrir et couvrir l’événement

Il faut se protéger la bouche et le nez pour deux raisons, la première c'est que le système respiratoire communique avec le système lacrymal, donc si vous inspirez une pleine bouffée de gaz lacrymogène vos lunettes seront bien inutiles. La seconde raison c'est que le gaz provoque gênes et irritations respiratoires.

Un masque de chirurgien est efficace, un foulard ou une simple écharpe également. Cependant, leur efficacité n'est pas garantie s'ils sont fortement imbibés suite à une aspersion directe. Certains recommandent d'imbiber le foulard de vinaigre ou de citron, l'acidité filtrant les gaz. Je n’ai pas testé.

Pour quelques euros, un masque à poussière de peintre avec filtre se révèle efficace (testé et validé !). Plus cher mais aussi plus efficace : le masque de peintre à cartouche. Problème : c’est un accessoire assez impressionnant et intimidant, et l’intention n’est pas d’aggraver les tension ! Certains modèles sont plus discret que d’autres et peuvent tenir discrètement sous une écharpe ou un col de blouson, cela reste la meilleure protection contre les aspersions directes. Il faut garder à l’esprit que le masque à poussière avec filtre est déjà efficace en soi, qu’il ne gêne que très peu la parole, et qu’il n’est pas intimidant et est très peu onéreux. En prévoir un par jour.

Évidemment, un masque à gaz militaire est certainement ce qu'il y a de plus efficace, mais en plus d'avoir des doutes quand à sa légalité, il a un fort impact psychologique qui aggraverait les tensions et ce n’est pas au journaliste de modifier ce dont il rend compte. Ce n'est donc pas du tout une bonne idée, et puis se faire arrêter avec quelquechose qui pourrait être considéré comme une arme de guerre est plutôt… inconfortable.

Il est très fortement déconseillé de s'exposer aux gaz en cas d'antécédent asthmatique.

Les mains

Ne pas se frotter les yeux, d'une part cela augmente la sécrétion lacrymale qui réagit avec le gaz et augmente donc son efficacité, d'autre part vos mains sont certainement contaminées. Il faut donc veiller à éviter de toucher son nez ou sa bouche avec sa main…

Le port de gants est conseillé, il permet de maintenir les mains propre. Cela permet de porter secours ou de se soigner avec des mains propres une fois à l'écart. On trouve des kits masque + gants dans les boutiques de graffeurs. Cela dit, une paire de gants fins de cycliste avec falange tactile fait largement l’affaire : cela protège efficacement les doigts, permet de manipuler son matériel sans trop de gêne (appareil photo, écran tactile…) et peut resservir au quotidien.

Après exposition

Ne pas fermer les yeux après exposition, pour ne pas emprisonner le gaz sous les paupières ce qui augmenterai son effet, mais ouvrir grand les yeux afin que les larmes s'écoulent avec le produit.

Si vous avez fermé les yeux avant exposition mais que le système lacrymal est atteint malgré tout par le système respiratoire, il faut alors ouvrir grand les yeux.

Précautions supplémentaires

Bagad Pour Tous
Être correctement équipé permet d’être présent au plus près de l’action

Bien protégé, il devient facile de s'approcher sur les lieux d'altercations, et vous pouvez facilement être embarqué par des policiers qui ont reçu l'ordre de faire du chiffre… C'est contre ça, et uniquement cela que sert une carte de presse…

Témoignage personnel

J'ai testé pour vous la simple combinaison « écharpe et lunettes de piscine » lors de la manif du 24 mars sur l'avenue Foch ainsi que sur les Champs-Élysées ce même jour, c'est drôlement efficace. Tellement efficace qu'on peut facilement se faire surprendre et se retrouver seul au milieu des policiers et se faire rafler au passage, ce qui est moins drôle… J’ai aussi testé avec succès le masque à poussière de peintre lors d’une manifestation à la Sorbonne le 16 mai 2013.

Génération Garde à Vue

Si vous n'avez pas de carte de presse, soyez vigilants !

L'instant culture

Et puisque nous parlions de masque de peintre, je vous recommande cette très romantique vidéo : Le peintre masqué : l'Amour avec un grand A.


Addendum par Thomas DEBESSE le 03/01/2014 à 15:13.

Ne jamais toucher une grenade lacrymogène avec la main, même pour l'écarter ! Certaines grenades assourdissantes peuvent-être confondues avec les grenades lacrymogènes, et le souffle d'une telle grenade peut arracher la main de celui qui la saisit. S'il n'est pas possible de s'écarter d'une grenade lacrymogène, il vaut mieux l'écarter d'un très fugitif coup de pied. Dans tous les cas, éviter tout contact physique avec la grenade elle-même. Il vaut mieux avoir mal et pleurer beaucoup, qu'avoir mal et pleurer beaucoup et être estropié définitivement.


Partager sur Facebook, twitter cette page, ou partager sur Google+.
Pour partager cette page vous pouvez aussi copier/coller cette adresse :
https://illwieckz.net/journal/Se_protéger_des_lacrymos


Étiquettes : Lacrymogène, Police.

Rétroliens : Photographie publication image droit et liberté.